jeunesse

Ravie

Ravie (2017)
Une nuit, un paquet est livré. C’est Blanquette, la 7ème chèvre de M. Seguin. Elle découvre une maison, un enclos, un Seguin ultra protecteur et 6 chèvres-fantômes qui la visitent pour lui conter des histoires. Ce loup si beau, dont elles sont toutes raides-folles-dingues, cette montagne si belle, est-ce qu’on ne pourrait pas y goûter un peu ?

 Est-ce aussi dangereux qu’on le dit ? Et rester enfermée, est-ce que ça ne peut pas tuer ?

Elles sont unanimes, s’il y a une « chose à vivre », c’est la beauté de l’inconnu et cette dévoration amoureuse. Séduite par les récits alléchants des fantômes de ses aînées, la téméraire Blanquette se moque bien du discours moralisateur de son maître. 

« ON NE PEUT PAS PASSER TOUTE SA VIE A AVOIR PEUR » crie Blanquette à Seguin. La Montagne s’impose tel un ravissement. L’aventure commence…

Les acteurs et marionnettes abordent la dualité liberté/sécurité dans une adaptation libre et poétique de La Chèvre de M. Seguin d’Alphonse Daudet.

 

Blanquette se demande si elle aussi ne pourrait pas goûter un peu à ce loup si beau, à cette montagne si belle. Est-ce aussi dangereux qu’on le dit ? Elle craint moins de mourir que de vivre dans la peur, à une longe si courte. La montagne s’impose tel un ravissement et l’aventure commence…

 

Le metteur en scène Luc Laporte a commandé à l’auteure Sandrine Roche un texte pour la jeunesse adapté du conte La Chèvre de Monsieur Seguin d’Alphonse Daudet. De cette réécriture libre, ils en présentent une adaptation poétique avec acteurs et marionnettes et questionnent les notions de liberté et de sécurité, d’accomplissement de soi, de rires et de pleurs.

Publié le 15/09/2017