B9b75ddec9a61b1fe3f4911979cdb1c0e797d076
29555f24d64d953f3b80131ec6dfbe5a531b9ab5
Fermer
théâtre

Ceci n'est pas un spectacle

95e5ee2a67c5d563e82a5056bb8df1b0c5336661

Après un lancement joyeux, pétri d'une poésie virtuose et inattendue grâce à Pour le meilleur et pour le pire, du cirque Aïtal, les Toiles dans la Ville accueillaient ce week-end à Lille Le repas, proposition partageuse et conviviale sans équivalent. Un rendez-vous qui résume bien l'envie portée par le festival et l'équipe du Prato.

A mi-chemin entre la performance futée et la réunion festive, Le repas tient avant tout de l'expérience collective. Invité dès l'entrée du vaste chapiteau à se délester de son manteau puis à se laver les mains, le convive/spectateur s'attable ensuite tout autour de la piste où il faut rapidement choisir un économe et le partager avec ses voisins de table. Tandis que tout le monde s'attable, les artistes/cuisiniers entament un joyeux moment qui durera près de quatre heures. A chaque table, un comédien/relais qui se présente et vient trinquer avec chacun, un chef de table à nommer, un partage immédiat et aussi naturel qu'évident entre les « spectacteurs » et, entre délires circassiens partagés, cuisine et repas collectif, le tout sur fond de musiques rythmées et de délicieux fumet. Prouesse si grande qu'elle en est invisible, le tout s'enchaîne et se combine avec un sens du timing et du rythme ahurissant. Entre deux bouchées, les membres du Cheptel Aleïkoum filent et défilent sur les espaces laissés libres entre les tables. De ces petits espaces de jeux nait une fête improbable, d'apparence presque improvisée et tandis qu'une bonne soupe achève de permettre aux convives de faire connaissance avec leur tablée, entresorts discrets ou prouesses grandioses s'enchainent sous les yeux d'un public d'abord ébahi, curieux ensuite, pour finir totalement conquis. C'est que, loin de rester dans son coin, ce dernier est invité à mettre la main à la pâte : concours de la plus longue épluchure de pomme, relais de la chantilly, ateliers concassage de tomate un brin régressif, jusqu'à un grand bal-vaisselle final : entre les numéros, tout le monde se mélange, partage et échange.

Partage collectif

Ordonnateurs discrets et terriblement efficaces de ce grand ballet collectif, les membres de la troupe papillonnent des coulisses aux tables, bondissent, jonglent, roulent et sautent. Les œufs volent, les verres d'eau tournoient et les cordes vibres : ballet incessant ponctué par une cuisine mitonnée avec soin Le repas forme une expérience nouvelle et pourtant quotidienne. Serrés sous ce chapiteau, échangeant le pain et faisant tinter de joyeuses clochettes, les spectateurs, cornaqués par dix artistes impeccables, font entrer l'extraordinaire dans le quotidien et mêle le génial au banal au fil d'une soirée qui finit par évoquer les meilleurs moments partagés entre amis pour culminer dans des instants de magie inattendus, époustouflants et pourtant parfois tellement simples. Une recette délicieuse en ce qu'elle sait mêler avec un savoir-faire rare la prouesse et la simplicité, le Cheptel Aleïkoum tout entier touche là quelque chose de rare et mystérieux quelque chose que seul le spectacle vivant peut encore véhiculer : une relation puissante et pourtant très simple avec le public mais aussi entre les membres du public eux-mêmes. Un moment de partage collectif qui se trouve refléter parfaitement la démarche et l'envie défendue par le Prato et plus largement les Toiles dans la ville de porter une culture de l'échange et de la rencontre. Cette culture-là, le Cheptel Aleïkoum la porte très bien, guère étonnant dès lors que Gilles Defacque lui-même y trouve « un message, une carte postale envoyée par cette équipe. Comme un relais entre les générations ». Ce n'est pas un spectacle, pas vraiment. Ce n'est pas vraiment un repas non plus, pas seulement. Moment de vie diablement puissant, l'ensemble constitue à la fois un manifeste, une performance prenante et partagée, une rencontre unique avec des artistes doués, disponibles, souriants et partageurs. Le parfait creuset d'un échange collectif intense comme le cirque seul sait en proposer.

Publié le 16/10/2013 Auteur : Guillaume B.

Vous avez de la chance, le spectacle se joue encore dans la région !
Les 22, 24, 25 et 26 octobre à Tournai, esplanade de l'Europe, boulevard des Frères Rimbaut. www.maisonculturetournai.com
 

Culture Commune, qui adore aussi le partage, invite également le Repas les 14, 15 et 16 novembre à 19h sous chapiteau à Hénin-Beaumont.

www.culturecommune.fr


Mots clés : théâtre