F7b4fadbc8e369b12b89aeda1f0d4ef1dc3813f5
C8a7573237263f4b79b384ce6b04d906d2ff3e11
Fermer
théâtre

I wish I am dans les étoiles

C376dd9cac326e223372197203a24da78d20f542

Pari tenu, l'an dernier Nora Granovsky annonçait vouloir se lancer dans un projet plus ample réunissant théâtre et musique sur scène. Dans trois jours ce rêve un peu fou sera devenu réalité, plongée dans l'univers d'une compagnie avec laquelle il faudra compter.

 

Elle le reconnaît elle-même, Nora Granovsky n'a pas toujours les pieds sur terre. Et c'est tant mieux. En se lançant dans la mise au point de ce spectacle mêlant orchestre et comédiens, elle n'imaginait sans doute pas devoir faire face à autant de difficultés et pourtant, à force d'envie et d'énergie, le spectacle a pris forme. Une idée forte, au coeur du projet : celle d'une relecture mixte de La métamorphose de Kafka. D'un côté, une partition musicale composée par Braka, son alter-ego musical et interprétée par un orchestre de vingt musiciens (le N'Euro Jazz Band de Courrières arrivé sur le projet en... novembre dernier) et, de l'autre, un danseur et cinq comédiens sans texte, à peine quelques bribes d'un langage imaginaire aux accents slaves.

Kafka, mon Everest

« J'aurai pu attendre encore quelques années que d'autres viennent me proposer de monter un projet de cette ampleur mais je n'aime pas attendre qu'on m'ouvre les portes, je préfère les pousser » raconte la dynamique Nora Granovsky. Passionnaria ? Certainement, de celle qui préfère se battre pour son rêve plutôt que d'attendre qu'il lui tombe du ciel, mais poussée par un engagement et une volonté rares. I wish I am, c'est aussi un peu l'Everest de BVZK. Un défi, une façon de se prouver que la compagnie a la capacité de porter un tel projet avant de le prouver au monde. Cette démarche ambitieuse, elle la revendique : « J'ai aujourd'hui l'énergie de me lancer dans un tel projet et je préfèrais le mener à bout avant de voir cette envie et cette énergie disparaître ». Un engagement et un pari artistiques très forts qu'il faudra ensuite porter et faire tourner. Pas question pour autant d'oublier le travail de terrain « essentiel et fondateur » dans la démarche de la compagnie et la jeune femme de remercier le soutien inconditionnel qu'elle a trouvé à l'Escapade. Comme quoi on peut avoir la tête dans les étoiles et les pieds sur terre.

Publié le 15/01/2008 Auteur : Guillaume B.

I wish I am, les 17, 18 et 19 janvier à 20h30 à L'Escapade, 263, rue de l'Abbaye à Hénin-Beaumont. Tél.03.21.20.06.48 www.escapade-spectacle.com www.bvzk.fr

Mots clés : théâtre