F7b4fadbc8e369b12b89aeda1f0d4ef1dc3813f5
C8a7573237263f4b79b384ce6b04d906d2ff3e11
A27c0984bf9d54ef3ca6b025c2c2797abd465c24
058438b1925f6aedc16ab5e4a7bcb7b1b9b2a83b
6c918e4926ec480503c5127151fadd9af880e61d
64b29b19fa7c9d0324575fec6b32365607d451b6
Fermer
cinéma

Le Hobbit : la désolation de Smaug

871f288ce1a30d3e0f38104fddc5aa735e464db6

Après avoir échappé aux orcs dans la Moria, Bilbo, Gandalf, Thorin et leurs compagnons s'apprêtent à traverser la grande forêt de Mirkwood envahi par de sombres créatures et jalousement défendue par les elfes du roi Thranduil. Au-delà, le Mont Solitaire, objectif de leur périple est encore loin...

Après un premier épisode qui prenait son temps pour mettre en place un récit destiné à se densifier, Peter Jackson passe la vitesse supérieure au fil d'un deuxième épisode plus porté sur l'action. Pour autant, sans trahir l'oeuvre de Tolkien, le cinéaste l'épaissit en puisant dans le contexte général de l'histoire- bien plus fournie - d'un monde très riche. Malgré tout, lorsqu'il ajoute des personnages et les intrigues attenantes, le film se perd dans des détours maladroits et fastidieux nuisibles à son rythme. Devant la caméra, le casting pléthorique s'amuse beaucoup. Face à ses héros, Jackson déroule une impressionnante galerie de créatures suscitées par d'impressionnants effets visuels. La narration, trilogie oblige, prend son temps et tente de rattraper ses baisses de rythme par des scènes d'action trépidantes. Flatteur pour les yeux, pas forcément pour l'esprit. Pour autant, le cinéaste communique assez facilement son engouement pour la terre du milieu et ses personnages, la trilogie était peut-être de trop, au vu du final de cette désolation de Smaug, on peut toutefois s'attendre à un troisième volet trépidant.

Publié le 11/12/2013 Auteur : Guillaume B.


Mots clés : cinéma