F7b4fadbc8e369b12b89aeda1f0d4ef1dc3813f5
C8a7573237263f4b79b384ce6b04d906d2ff3e11
Fermer
classique

Les histoires d’amour finissent bien…

B9dfd1a54cd075278f81e33ba5b6325f06b067c9

Surtout chez Donizetti et grâce l’élixir ? A vérifier en ce moment à l’Opéra de Lille.  

Il est très rare que l’Opéra de Lille invite un chef extérieur mais la présence d’Antonello Allemandi - un des plus grands spécialistes mondiaux du bel canto - à la tête de l’Orchestre de Picardie devrait donner à cette production un fort accent italien fort à propos. La maison a offert comme d’habitude à l’équipe de création des conditions « royales » avec six semaines de répétitions qui permettent d’aller au fond de la partition et de donner au metteur en scène, Richard Brunel ainsi qu’aux solistes et au chœur les meilleures conditions de travail. A Lille, pas question de bâcler une production en une semaine et de présenter un spectacle mal ficelé. Le réseau international des artistes le sait et ils savent aussi pourquoi ils acceptent l’invitation de la directrice de l’Opéra, Caroline Sonrier.

« Pour faire de l’opéra, il faut aimer l’opéra et les chanteurs ». Antonello Allemandi

L’Elixir d’amour de Donizetti offre une belle occasion de commencer l’année en chantant - ce qui n’est pas si fréquent - et de succomber au charme du bel canto, le beau chant, celui qui nous émeut et qui demande à celui qui l’interprète une grande virtuosité assortie au charme et à la légèreté qui a fait le succès du genre depuis le XIXe siècle, quand le bel canto acquit ses lettres de noblesse avec Rossini, Bellini et Donizetti. Qui n’a pas fredonné le fameux « Casta diva » de Bellini popularisé par La Callas ou « Una furtiva lagrima », l’air de Nemorino dans L’élixir d’amour ? La création lilloise de L’Elixir offrira à deux solistes une prise de rôle et au chœur de l’Opéra de Lille dirigé par Yves Parmentier une nouvelle occasion de démontrer sa cohésion et son engagement. Quant à l’intrigue, il suffit d’évoquer un trio amoureux à la manière de Marivaux, de l’humour, de la tendresse et un peu de mélancolie. 

Publié le 10/01/2011 Auteur : Françoise Objois

Du 12 au 27 janvier 2011. Opéra de Lille. Tél.(0)820.48.9000. www.opera-lille.fr

Il reste des places !  


Mots clés : classique