B43cfb6f899745a8d4698187f32150b880f5b0f7
8b2a683d40b1521bbbff409197d8a05392ae0051
06774dbff054928a44fe6b09530e075beb8dff42
7911eff095d185dedd37394e9da5c363a21b6034
Fermer
théâtre

Mensonge et mémoire

B93ce853ae3cd362d4f538b35baf191097be4b2b

Avec La pierre, le jeune dramaturge Marius von Mayenburg mets en scène les non-dits de l’histoire allemande de 1935 à 1993. Une magistrale et percutante leçon d’histoire et de théâtre !

Trois générations de femmes sous un même toit qui se battent à coup de flash back, de souvenirs pas toujours partagés et encore moins assumés. Un homme passe et repasse tel un fantôme pas vraiment bienvenu. Un homme qui trimballe un passé qui ne passe pas face aux questions du présent. On s’aperçoit au fil de la pièce, que c’est sur les mensonges que l’on bâtit l’histoire, peut-être parce que la vérité est insupportable pour ceux qui l’ont vécue et que l’insistance de la jeunesse à savoir peut aussi rendre fou… L’histoire allemande, on le sait, résume à elle seule celle de l’Europe du XX ème siècle jusqu’à en devenir la métaphore même. Nazisme, antisémitisme, Shoah, communisme, réunification… La Pierre, c’est un peu le « devoir de mémoire » version allemande. 

Je suis ici pour déranger…

C’est la maison familiale qui cristallise l’histoire de trois femmes. La Grand-mère (remarquable Edith Scob !), la mère et la petite fille. Un couple allemand achète en 1935 une maison à un couple juif contraint à la fuite. La Grand-Mère qui a spolié les propriétaires juifs invente une histoire de résistance car sa fille ne supporte pas l’idée que son père ait pu être un salaud. Quant à la petite fille qui cherche la vérité, elle pense aussi que son grand-père est un type génial qui a sauvé des juifs… Rude sera la chute ! « Le fait de devoir prendre de telles distances avec la génération de ses grands-parents, comme nous devons le faire, rend sa propre identité problématique » nous dit Marius von Mayenburg qui, porté par la mise en scène efficace de Bernard Sobel, a traité ce sujet délicat de l’origine et de la mémoire de la barbarie ordinaire avec vérité et émotion. Une belle méditation sur le concept d’identité nationale !

 

Publié le 15/02/2010 Auteur : Françoise Objois

 Du 23 février au 5 mars 2010, Théâtre du Nord, Grande Salle, Lille. Tél.03.20.14.24.24.

www.theatredunord.fr


Mots clés : théâtre