F7b4fadbc8e369b12b89aeda1f0d4ef1dc3813f5
C8a7573237263f4b79b384ce6b04d906d2ff3e11
A27c0984bf9d54ef3ca6b025c2c2797abd465c24
058438b1925f6aedc16ab5e4a7bcb7b1b9b2a83b
6c918e4926ec480503c5127151fadd9af880e61d
64b29b19fa7c9d0324575fec6b32365607d451b6
Fermer
concerts

We Loft Music

3687e241afc36c11dfcd59043c041444cad9c46f
Le festival mêlant musique, architecture et lieux insolites revient pour une seconde édition. Un bis avec de nouveaux artistes et lieux à découvrir et investir. Bon plan et bonnes adresses.

C’est tendance et c’est même devenu une tendance lourde. Les concerts dans des endroits improbables renouvellent l’expérience du concert comme on dit chez les communicants. Concerts chez l’habitant, dans une église, un théâtre à l’italienne… et même dernièrement dans le superbe crématorium Uitzicht de Courtrai avec Amenra. We Loft Music participe de ce mouvement qui vise à offrir un nouveau cadre aux musiques en les délocalisant. Le postulat est intéressant car il interroge le classicisme de la représentation scénique en musiques actuelles (une scène, du son, de la lumière, un face à face public/artistes). Quitte à en reproduire le modèle dans une autre enveloppe. Pour autant, beaucoup témoignent qu’il s’est passé quelque chose d’inédit lors de la précédente édition du We Loft lors d’une date de Jay Jay Johanson au musée La Piscine. Cette année, le frisson risque de courir à nouveau dans le nouveau parcours concocté par La Cave aux Poètes. Left-field jazz avec Glass Museum à l’Ecole Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse, rap coupé/collé/décalé aux Ateliers RemyCo par Chilly Jay, folk envoûté par Piers Faccini au Temple Protestant, At The Villa Cavrois avec les chavirements electro de Chamberlain, un vrai concert électro mais acoustique dans un vrai endroit : le Non Lieu, un brunch pour causer la bouche pleine autour de l’émergence et des droits d’auteur au Mange Disque, Awir Leon en loft particulier et en version acoustique pour respecter les voisins, chanson tech toujours en loft mais cette fois chez Dorothée et avec Üghett, un supplément permaculture au Mange Disque avec Sylvain Przybylski et sa barbe permanentée, un retour au bercail de La Cave et entre potos avec Club Philippe Le Danger, c’est-à-dire la bande à Awir « UNNO » Leon. Enfin, la pop poignante de Chris Garneau devrait étreindre l’Hôtel de Ville dans un brouillard propice aux effusions. De beaux itinéraires loin des passages obligés et des salles toutes carrées.

Publié le 09/01/2020 Auteur : Bertrand Lanciaux

Du 14 au 19 janvier
Pass 18€
Roubaix & Croix
www.caveauxpoetes.com

 


Mots clés : pop electro