F7b4fadbc8e369b12b89aeda1f0d4ef1dc3813f5
C8a7573237263f4b79b384ce6b04d906d2ff3e11
A27c0984bf9d54ef3ca6b025c2c2797abd465c24
058438b1925f6aedc16ab5e4a7bcb7b1b9b2a83b
6c918e4926ec480503c5127151fadd9af880e61d
64b29b19fa7c9d0324575fec6b32365607d451b6
Fermer
cinéma

Zulu

2c4c05aeed910f05988b2794d455a92f711885aa

En Afrique du Sud, le meurtre brutal d'une jeune fille jette un duo de policiers dans une enquête âpre. Brian Epkeen, blanc, fêtard invétéré, divorcé, soupe au lait, et un peu paumé et Ali Sokhela, zoulou calme, défenseur de l'amnistie collective mais meurtri dans sa chair par la violence raciste. En avançant dans leur enquête, les deux hommes vont voir leurs certitudes remises en cause au cœur d'une Afrique du Sud, encore tiraillée entre la nécessité de pardonner et les pulsions de la vengeance.

Adapter le roman de Caryl Ferey n'était pas sans risques, surtout de la part de Jérôme Sallé dont le travail sur Largo Winch et sa suite ne sont pas forcément des grandes réussites, pour autant, le réalisateur semble plus à l'aise, moins paralysé peut-être que sur ses adaptations précédentes. Pour recréer une Afrique du Sud crédible, il s'est entouré d'une équipe presque entièrement locale, seuls les deux têtes d'affiche de son casting et une petite partie de l'équipe venant d'ailleurs. Du coup, les contrastes forts d'une Afrique du Sud sortie de l'apartheid mais pas encore tout à fait réconciliée avec cette période de son histoire servent joliment de toile de fond à son récit. Âpre et violent comme le roman de Férey, le film, porté par l'interprétation parfaite du duo de comédiens, équilibre l'enquête et réflexion sur le pardon. Parabole autant que chronique d'un pays qui reste soumis à de fortes tensions, Zulu pose des images sur les mots forts de Caryl Férey. L'adaptation efficace d'un roman fort.

Publié le 06/12/2013 Auteur : Guillaume B.


Mots clés : cinéma