E3053d11193e4bf350de9a234f18482917bb491d
71f77b38251411053612b95088c02c2140be0eda
Fermer

Natalie Magnin

Je m'appelle Natalie Magnin. Je suis artiste textile et artisane. J'ai toujours été attirée par le textile. A la fois visuel et tactile. Je pense que c'est grâce à ma mère, qui décorait toujours sa maison avec des objets d'art, des fleurs et des plantes, de beaux tissus. "A thing of beauty is a joy for ever" de Keats, telle était et est toujours sa devise. Mon père dessinait et mon frère peignait. C'est ainsi que je me suis retrouvée dans le monde des "beaux-arts" et que j'ai étudié les Arts Textiles à l'Académie de Beaux Arts à Louvain, en Belgique. L'envie de liberté, d'espace et de nature m'a amenée, avec mon mari et mes enfants, à déménager dans le sud de la France J'aime ramasser des plantes, des fleurs et des graines lors de mes balades avec lesquelles j'essaie de teindre mes tissus à la maison. Cela ne fonctionne pas toujours, mais le résultat est toujours surprenant. Chaque œuvre, aussi petite soit-elle, raconte une histoire. Parce qu'il contient du matériel de l'une de mes promenades et des tissus récupérés d'une vie antérieure. Je connecte tous les éléments via la broderie, je couds point par point. C'est cette connectivité que j'essaie de retrouver quand je travaille. Elle crée une nouvelle dimension entre le passé et le présent. Je trouve l'inspiration dans différents domaines ; une photo d'un livre ou que j'ai prise moi-même, un poème, une chanson, une visite dans un musée, après une promenade,... Mais surtout je me laisse guider par mon ressenti et mon intuition du moment. Ensuite, je recherche les bonnes couleurs et textures parmi mes nombreux tissus différents, souvent une combinaison entre des tissus teints avec plantes et des textiles vintage. Je travaille exclusivement avec des textiles recyclés, non seulement pour des raisons éthiques, mais aussi parce qu'il y a de la vie et de l'histoire dans ces tissus. Cela s'applique également aux objets que j'intègre dans mes œuvres. Ils sont trouvés et jetés. Ce sont des objets cassés, en métal, céramique, tissu, bois,... Je ne veux pas faire passer de message, je veux montrer qu'on peut trouver de la beauté dans de très petites choses, que des petites choses triviales peuvent prendre de la valeur en les intégrant, en leur donnant une place. J'espère que les spectateurs pourront être émus comme moi par le traitement poétique et raffiné de mes tissus collectés. Je pense que je cherche inconsciemment un équilibre entre la fragilité et la vulnérabilité d'une part et la puissance et la beauté qui en découlent d'autre part. Le nom ZAMIRTE est une combination des noms de mes filles Zamira et Mirte.