théâtre

Franito

Franito (2017)
Patrice Thibaud est un autodidacte dont la virtuosité corporelle et le sens de l’observation évoquent avec humour et poésie nos manies et nos tendresses. Avec ce spectacle, il associe le burlesque, au flamenco et le flamenco au burlesque et s’associe au danseur Fran Espinosa rencontré dans la troupe de José Montalvo.

Franito, jeune prodige du flamenco au physique de Sancho, danse pour se libérer de sa mama, à l’amour aussi profond qu’étouffant. La petite cuisine andalouse se transforme alors en piste de danse et scènes de vie inénarrables. Le bruit des pas sur le sol, les palmas de flamenco, les claquements de doigts et les notes de guitare se mêlent aux onomatopées burlesques et aux mimes impayables de Patrice Thibaud. Tout devient cocasse grâce au langage corporel de ce clown-mime qui maintient le public dans un rire permanent. Se dessine sous nos yeux un mélange étonnant entre Fernando Botero, Louis De Funès, Benny Hill et Concha Piquer. Irrésistible tableau.

Patrice Thibaud, ancien Deschiens, signe ici son quatrième spectacle et s’associe au guitariste Cédric Diot et au bailaor virtuose Fran Espinosa, rencontré dans la troupe de José Montalvo. Ils s’inspirent ici de la buleria, un style de flamenco traditionnel très théâtral qui se dansait dans les cours des maisons pour se moquer de ses voisins. Et il fallait oser associer le flamenco, art tragique et prestigieux par excellence et désormais inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, à la puissance comique du burlesque, ici au sommet de son art. Ainsi s’ouvrent les frontières de l’art sur cette alchimie parfaite et joyeuse.

Publié le 25/10/2017