F7b4fadbc8e369b12b89aeda1f0d4ef1dc3813f5
C8a7573237263f4b79b384ce6b04d906d2ff3e11
A27c0984bf9d54ef3ca6b025c2c2797abd465c24
058438b1925f6aedc16ab5e4a7bcb7b1b9b2a83b
6c918e4926ec480503c5127151fadd9af880e61d
64b29b19fa7c9d0324575fec6b32365607d451b6
Fermer
théâtre

J'accepte

 J'accepte  (2022)
Tout le défi de "J’accepte est de faire" de la question du virtuel un théâtre de chair et d’os, de manière complètement artisanale.


Les amis, laissez-moi vous raconter la plus belle fable de l’univers. Au départ, il y avait des fruits et des feuilles. C’était chiant. Il fallait tendre le bras. C’était vraiment fatiguant. Les branches grimpaient pour nous humilier et nous montrer qui était la Nature. Alors le marchand est sorti du temple installé sur la grand-route, et il a posé des petites machines hyper pratiques, des gadgets ingénieux, des services adaptés à ma life pour pimenter, simplifier la vie ou l’augmenter. Nous avions découvert l’appareillage. Quel étrange bonheur.
(Extrait de J’accepte de Charles Robinson)

J’accepte est une fiction d’anticipation d’un avenir effrayant mais néanmoins drôle et rassurant parce que dysfonctionnel. Humour donc pour ce voyage physique dans un vrai/faux monde, en compagnie de quatre personnages robotiques et paradoxalement très humains. D’hologrammes en figures humaines déréglées habitant leurs espaces imaginaires et leur folie, Tout le défi de J’accepte est de faire de la question du virtuel un théâtre de chair et d’os, de manière complètement artisanale. Entrez, suivez le guide, et bienvenue dans le monde étrangement familier de Boss, Diva, Pong et Nobody.

Publié le 17/08/2022


Mots clés :