F7b4fadbc8e369b12b89aeda1f0d4ef1dc3813f5
C8a7573237263f4b79b384ce6b04d906d2ff3e11
Fermer
théâtre

Portraits sans paysage

Portraits sans paysage (2022)
Nimis Groupe. Accueil. Deux syllabes qui sonnent comme une promesse de rencontre, d’hospitalité. Pas pour les personnes étrangères. Car aujourd’hui, dans nos sociétés occidentales, l’accueil des exilé·e·s se traduit par de l’enfermement, de la surveillance et l’absence de perspective pour les personnes déracinées.

Depuis plusieurs années, le Nimis groupe questionne les enjeux liés à la migration. En 2016, leur premier spectacle, Ceux que j’ai rencontrés ne m’ont peut-être pas vu, interrogeait les politiques migratoires de l’UE et leurs incidences économiques. Leur deuxième spectacle est le fruit de rencontres avec des détenu·e·s, des exilé·e·s, des travailleur·euse·s sociaux·ales ou humanitaires, des juristes, des psychologues, des policier·ère·s, des bénévoles, des hébergeur·euse·s… 

Avec Portraits sans paysage, le collectif se penche sur les dispositifs d’enfermement pour étranger·ère·s et décortique les rouages du travail humanitaire. Qu’est-ce que ces lieux d’enfermement, qui se dérobent aux regards, révèlent de nos sociétés ?

“Le spectacle réussit à toucher un maximum de gens en créant une communauté d’émotions entre ceux sur scène (huit très bons interprètes) et le public.” – Guy Duplat, La Libre

“Le Nimis Groupe frappe fort, une fois encore. Après le formidable Ceux que j’ai rencontrés ne m’ont peut-être pas vu, écrit et joué avec six demandeurs d’asile, le collectif continue de scruter les politiques migratoires. Travail d’enquête au long cours, mise en scène rythmée : leur nouvelle création fouille ici un angle mort de nos démocraties européennes : les dispositifs d’enfermement pour étrangers. Implacable !” – Catherine Makereel, Le Soir

 

 

Publié le 26/09/2022