0a494de4fe05ef24fc3a44eac55a3b59837da7cc
F22de044fa3083e0c020080ad0dd48aac1709c4f
Fermer
concerts

Assis mais pas rassis

C4af1ac79054c603fe1b833711df12ab45908bd9
Debout, assis, masqué, flashé... On s’habitue hélas à cette gymnastique sanitaire. Si les concerts debout sont interdits et les jauges revues à la baisse, il reste encore quelques possibilités de se cultiver musicalement.

Si les gros artistes et les grosses tournées sont impactés, il reste encore des lampions dans le brouillard. Saluons structures et artistes qui au-delà de « jouer le jeu » alimentent surtout notre besoin culturel. Au Grand Mix de Tourcoing, le circuit court jouera à fond avec les auditions Nord Pas de Calais des Inouïs, avec peut être un ticket pour le Printemps de Bourges pour Demain Rapides, Eesah,Yasuke, Monsieur Thibault ou Paprika Kinski (13/01). A ce jour, les concerts de Sanseverino sont maintenus au Théâtre de Béthune (14/01) et au Centre Culturel de Calais (16/01). Changement de lieu pour Jozef Van Wissem et son luth baroque qui se produira finalement à La Malterie de Lille (18/01). La délicatesse comme remède à la mélancolie avec Peter Von Poehl et sa pop à déguster chambrée au Théâtre d’Arras (27/01). Subtilité encore avec Piers Faccini aux Arcades de Faches-Thumesnil (28/1) et son folk hybride qui opère une salutaire mise à jour dans l’art du songwriting. Un Z qui veut dire… Zorro, après les relectures de Monk, Malcom X et Woody Guthrie, Le Tinissma Quartet de Francesco Bearzatti s’empare de l’univers du héros masqué au Jazz Club de Tourcoing (26/01). Le quartet de Christophe Marguet et Sébastien Texier, en compagnie du guitariste Manu Codjia et du tubiste François Thuillier, traite également de figures héroïques, mais bien réelles (Aimé Césaire, James Baldwin, Olympe de Gouges, Sitting Bull, Rosa Parks, l’inconnu de Tian’anmen, Simone Weil…), une réactualisation du travail de mémoire bienvenue au Jazz Club de Dunkerque (du 13 au 15/01). A l’Aéronef de Lille, le virus ne fait pas tout à fait un strike dans la programmation. Comme pour conjurer le sort, la soirée bien étrange est maintenue avec Infecticide, Why The Eye ?, Musique Post-Bourgeoise et Milk Me Raddio, un vrai traitement de choc (28/01). Toujours à l’Aéronef, les Belges de BRNS nous feront profiter de leur séjour américain aux côtés de la crème de la scène US (29/01). Le festival We Loft Music orchestré par la Cave aux Poètes de Roubaix est maintenu et aménagé à la marge. Une troisième édition déclinée en trois week-ends, dans des endroits insolites non dédiés initialement aux concerts de musiques actuelles : Villa Cavrois, Hôtel de Ville, Non Lieu, Temple Protestant, ENPJJ, Conservatoire, Ateliers Jouret, Mange Disque, Maison verte, Ancienne Banque de France, lofts de particuliers…Avec entre autres : Chassol, Béesau, Terrier, Tony Melvil, Thibaud Defever & Well Quartet, Peter Von Poehl, Ussar, Da Silva, Accidente, Marta del Grandi, Mademoiselle K, Alban Claudin, Barcella (du 15 au 29/01).
Assis soit-il.

Publié le 10/01/2022 Auteur : Bertrand Lanciaux


Mots clés :