F7b4fadbc8e369b12b89aeda1f0d4ef1dc3813f5
C8a7573237263f4b79b384ce6b04d906d2ff3e11
A27c0984bf9d54ef3ca6b025c2c2797abd465c24
058438b1925f6aedc16ab5e4a7bcb7b1b9b2a83b
6c918e4926ec480503c5127151fadd9af880e61d
64b29b19fa7c9d0324575fec6b32365607d451b6
Fermer
concerts

Glass Museum

C1dbe57783d3187d7e6a922bab4eb621f398b7ec
Le jeune duo belge fait sortir le minimalisme et le jazz du musée par le biais d’artifices pop assez explosifs. Le casse du siècle ?

Un pianiste, un batteur, deux copains. La complicité semble être le fil conducteur du projet de ces jeunes musiciens belges. Chez eux, le jazz, le contemporain et l’electro sont en camaraderie. Ailleurs on aurait parlé de crossover, chez eux c’est un pur plaisir libérateur. Ils sont de leur époque. Après s’être essayés au rock, nos deux complices ont pris bien plus de plaisir à écouter GoGo Penguin, Nils Frahm, BadBadNotGood et bien évidemment Philip Glass. Aux confluences, bien plus que sous influences, Glass Museum s’est imposé lors du tremplin du Dour festival. La preuve par la réussite de leur capacité à divertir le jazz et le post-classical en territoire pop et electro.

Publié le 25/03/2019 Auteur : Bertrand Lanciaux

Vendredi 29 mars, 20h30, 5-9€
Maison Folie Beaulieu
33 place Beaulieu, Lomme
www.jazzenord.com


Mots clés : jazz pop