41d2c3e225712fdf2889b3b4ade8c7b1761ed8c5
95025d3edac1eedd0f993a08af46fa8606d34248
Fermer
théâtre

Manon Lepomme : nouveau spectacle

0f46e5aeeda537065c07052804cdd82a47ac81db
Après le succès de son premier one woman show, Non, je n'irai pas chez le psy !, l'humoriste liégeoise est de retour sur les scènes belges et françaises. Pour Sortir, Manon a bien voulu revenir sur son parcours et ce nouveau spectacle intitulé Je vais beaucoup mieux, merci.

 

Sortir : Vous savez depuis toute petite que vous voulez être humoriste, mais vous avez eu plusieurs vies avant de vivre de la scène ?

Manon Lepomme : Oui, j'ai fait Sciences politiques, j'ai été prof pendant trois ans d'anglais et de néerlandais, rien à voir. A ce moment-là je jouais déjà. J'ai arrêté de faire les deux, parce que je jouais de plus en plus et je me suis consacrée à la scène. Et c'était le bon choix.

 

Sortir : Quels sont vos modèles dans le domaine de l'humour ?

Manon Lepomme : Je suis très très fan de Chantal Ladesou. Je suis admirative de son parcours assez atypique. Elle a eu une longue traversée du désert et maintenant ça fait plus de dix ans qu'elle est de retour et qu'elle est appréciée de tous. J'adore sa gouaille, son autodérision et le fait qu'elle y aille à fond sur scène. Je l'ai vue plusieurs fois dans des pièces ou dans son one woman show. C'est vraiment quelqu'un qui m'impressionne beaucoup, avec qui j'ai eu l'occasion de travailler. Elle est vraiment super.

 

Sortir : Justement vous partagez avec Chantal Ladesou une énergie débordante. D'où vous vient cet incroyable dynamisme sur scène ?

Manon Lepomme : Je ne sais pas très bien. Je crois que j'ai toujours été un peu comme ça, très énergique. Sur scène ça se démultiplie. Je pense que c'est ça qui fait le force du spectacle et le fait que j'adore partager avec les gens. Jouer m'amène énormément d'énergie et puis comme les gens m'en donnent, c'est démultiplié !

 

Sortir : Vous impressionnez souvent sur scène par votre débit, proche de celui d'un rappeur. Comment avez-vous travaillé cette faculté ?

Manon Lepomme : On m'a déjà comparée à Eminem ! Ce n'est pas vraiment travaillé. Quand j'étais enfant j'avais des cours de déclaration et ado je faisais des exercices d'articulation. Par exemple, on devait parler de plus en plus vite et de plus en plus fort. Je pense que c'est resté en moi.

 

Sortir : Votre précédent spectacle, qui a remporté un grand succès, s'intitulait Non, je n'irai pas chez le psy ! et vous tournez actuellement avec Je vais beaucoup mieux, merci. La scène est-elle votre thérapie ?

Manon Lepomme : Non, pas vraiment. En effet, il y a des choses que je dis sur scène, que je n'aurais peut-être pas dites dans la vie, notamment par rapport à mes parents, des choses que j'ai comprises. Dans ce nouveau spectacle, je parle beaucoup de mes racines, de mes origines, de mon éducation, de moi enfant, puis telle que je suis maintenant. Je crois qu'il y a un petit travail introspectif de moi-même avec moi-même, pour savoir d'où venaient certaines choses. Et j'ai compris qu'il y en avait pas mal qui venaient de mes parents, de façon très inconsciente de leur part. Sous couvert du spectacle, on peut facilement parler, ça fait certainement du bien. De là à dire que c'est une thérapie je ne pense pas, mais c'est à chaque fois un shoot de bonheur. J'ai pris des longs congés en été, je n'ai pas joué pendant un mois et demi. Ça faisait des années que je n'avais plus fait ça. J'ai regoûté à la vie sociale, au fait de voir mes amis, de faire la fête. J'avais un peu du mal à faire ma valise pour repartir en tournée, c'est très fatiguant. Et puis j'ai recommencé à jouer et je me suis dit : « Si en fait ! C'est juste intense, c'est juste un bonheur de fou ». C'est une chance aussi de pouvoir jouer autant et de voir des salles pleines. Ça m'a redonné beaucoup d'énergie et foi en ce que je fais.

 

Sortir : Par rapport au contenu du spectacle, il semblerait que le cap de la trentaine vous a poussé à cette introspection. S'agit-il d'un spectacle de trentenaire ?

Manon Lepomme : C'est un spectacle d'une trentenaire qui fait le constat qu'elle n'est plus tout à fait jeune, qu'elle n'a plus 20 ans. Je ne suis pas encore vieille, mais j'ai quand même l'impression de l'être parce que j'adore boire du thé et manger de la tarte aux pommes que j'ai faite moi-même. On se dit qu'on a franchi un cap. Quand je vois, qu'avec mes amies, on s'envoie des images de porcelaines peintes à la main, je me dis : « Mon Dieu ! Mais qu'est-ce qui nous est arrivé ? » C'est un spectacle constat, j'ai 33 ans et je fais ce bilan-là, mais c'est drôle de voir que ça fait rire tout le monde. Ça fait rire les gens de mon âge, ça fait rire les plus jeunes. Beaucoup de gens viennent avec leurs ados et ça les fait marrer parce que je parle de moi quand j'étais ado, je parle de mes parents et ils regardent les leurs en disant : « Toi aussi t'es comme ça ! » Tout le monde s'y retrouve et c'est chouette de se dire que, même si c'est très personnel, ça reste universel.

 

Sortir : Difficile de le cacher, vous êtes belge, liégeoise, et comme beaucoup de vos compatriotes humoristes vous remportez un grand succès en France. Comment expliquez-vous ce phénomène et, selon vous, qu'est-ce qui caractérise l'humour belge ?

Manon Lepomme : Je crois que pendant longtemps on s'est un peu caché, on avait un peu peur. On était un peu pris pour des cons aussi. On ne va pas se mentir, en France on n'était pas très bien vus. Je pense qu'on est sorti de notre timidité. Il y aussi que le marché de l'humour et de la culture est énorme en France. Si on ne fait une tournée qu'en Belgique, on a vite fait le tour. Des Alex Vizorek, Benoît Poelvoorde, François Damiens, Guillermo Guiz ont rendu le Belge super hype, fréquentable et marrant, on en a tous profité pour enfoncer la porte. Je pense qu'il existe plusieurs humours belges, mais on a tous un point commun, notre autodérision importante. Et comme je disais, la Belgique c'est petit, alors on fait tout pour que ça fonctionne. C'est une volonté, une énergie, qui est peut-être un peu différente.

Publié le 19/02/2023 Auteur : Propos recueillis par Aurore de Carbonnières

 

 

Les 24 et 25 février à 20h30, Théâtre à l'Ouest, Auray, 16-20€, www.theatrealouest.com

Autres dates à retrouver sur www.manon-lepomme.be