Ca1397c8797334ba7cc84fec898d617e716b51d9
5438f7ea1c162d9254c25027f376f506ed72ae59
38bb773d31ad13e7f505b5c454a3cde30af6e6db
45c8ab39dd6c1523adc6a5f13e7e58d0f8ff092c
1e7c0a8951217146365c0176d6489c3118869ad1
Aa033162f3d4169e282e1a0a2b5b403dde4e4345
Fermer
danse

Yag

Yag (2021)
Yag, une pièce pour six danseurs qu’Ohad Naharin avait créée en 1996 et remontée en 2016, est une œuvre intimiste et narrative qui, avec trois distributions, offrait un rôle aux 18 danseurs de la compagnie.

 Se souvenant probablement de ses années passées à New York à l’époque où les courants de la modern et de la post modern danse se côtoyaient, Naharin utilise dans Yag un certain nombre d’éléments prônés par les protagonistes de la Judson Church : pas de maquillage, pas de décor, aucune emphase, rien de spectaculaire, seulement des gestes quotidiens magnifiés par les danseurs.

Publié le 17/05/2021


Mots clés :